Quest ce que laql - Gants Nitrile, Latex et Vinyle Grossiste - Gants Jetables - Sachet zip


/ / / /
CV Protection

Qu’est-ce que l’AQL ?

En raison de l’expérience acquise par CV Protection comme soumissionnaire dans des marchés publics et face à l’interprétation confuse de la notion AQL faite tant par les entreprises que par l’Administration, nous avons cru bon de rédiger le présent article comme aide technique aux acheteurs et aux utilisateurs :

Nous devons commencer par nous poser la question suivante : Qu’est-ce que l’AQL ? L’AQL est l’ensemble des techniques de contrôle (en commençant par les analyses de la matière première jusqu’à la vérification du produit fini) visant à assurer une qualité minimale dans les processus de production en masse. Autrement dit, c’est le pourcentage maximal d’erreurs permises.

Réglementation et application

Le standard qui régit ce paramètre est l’ISO 2859-1. Pour bien l’expliquer, nous devons d’abord analyser le secteur auquel sont destinés les produits, car c’est cela qui détermine le niveau requis : par exemple, les gants chirurgicaux requièrent un niveau d’exigence supérieur à des gants à usage ménager. De plus, il faut tenir compte de certains facteurs comme la protection, le niveau technique du produit, les risques des tâches à accomplir, etc.

Par conséquent, le niveau d’AQL doit premièrement être fixé par le fabricant avant de lancer la production et il doit ensuite en tenir compte pour accepter ou rejeter chaque lot.

Deuxièmement, il faut définir le volume à fabriquer pour un lot spécifique où l’on appliquera l’AQL. Pour ce faire, on utilisera le tableau suivant dans lequel est défini le niveau de contrôle :

Tableau 1. Niveau de contrôle nécessaire en fonction du volume à fabriquerTableau 1. Pour déterminer le niveau de contrôle nécessaire en fonction du volume à fabriquer.

Par exemple, si le secteur pour lequel on fabrique habituellement des gants, la production est de plus de 500 000 unités par lot, on obtient la lettre N.

Troisièmement, avec la lettre obtenue dans le Tableau 1, on consulte le Tableau 2 qui indique la taille de l’échantillon et on définit le niveau d’AQL à assurer. Cette valeur indiquera le niveau de contrôle requis pour que le lot soit accepté ou rejeté. La valeur numérique de l’AQL est inférieure lorsque le niveau de qualité acceptée est supérieur.

Indique la taille de l’échantillonTableau 2. Il indique la taille de l’échantillon.

Pour continuer avec l’exemple précédent, nous allons prendre en considération la production de gants en milieu de soins et le standard qui les régit, l’EN 374-2, pour la protection face aux micro-organismes, dont tient compte la méthode d’essai pour déterminer le niveau de porosité. Selon les directives de l’Instruction technique NTP 938 de l’INSHT, le respect de ce standard implique un AQL inférieur à 1.5 pour un niveau de contrôle général 1.

Par conséquent, on retient la lettre N, obtenue du Tableau 1 et on consulte le Tableau 2. On choisit un AQL 1.0, qui est inférieure à 1.5, et comme on le disait, cela implique un niveau de qualité supérieure. Dans le tableau, on voit que l’AQL permet un maximum de 10 défauts par 500 unités produites, et donc avec 11 défauts, le lot devra être rejeté. En bref, seule une marge d’erreur de l’ordre de 2 % est admise, ou ce qui revient au même, pour le cas qui nous occupe, seuls 2 gants pourraient présenter des défauts dans un étui de 100 unités.

 De la perspective du client

Il est difficile que le client puisse savoir si le fabricant a respecté les niveaux d’AQL standards, car il ne dispose pas du temps ni des moyens pour le vérifier. Mais pour ce faire, il y a différents organismes externes (laboratoires agréés, entreprises de certification et d’audit) qui se chargent de vérifier si ces niveaux de qualité exigés à l’origine sont bien respectés. Il ne s’agit pas d’un certificat, mais bien d’une vérification digne de foi.

Dans le cas d’un marché public de produits, on établit aussi l’AQL comme critère d’évaluation. Pour ces situations, il faudrait vérifier chaque lot fabriqué, en joignant à la marchandise le certificat d’inspection correspondant, car on constate actuellement que l’AQL est sujette à l’arbitraire du fabricant, qui attribue aux produits des niveaux de qualité qui ne correspondent pas toujours à la réalité du produit fourni.

 
Commentaires

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire
 

Uso de cookies

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Le fait de rester sur ce site équivaut à accepter ces cookies. Plus sur politique cookies.

ACEPTAR
Aviso de cookies